Citation du livre “L’éternel mari” écrit par Fédor Dostoievsky

A son avis, l’essence de ces maris consistaient en ceci qu’ils devaient être , pour ainsi dire, des “éternels maris” ou, pour mieux dire, qu’ils devaient être dans la vie uniquement des maris, et rien d’autre. “Un homme de ce genre-là naît et grandit seulement pour se marier, et, une fois marié, pour se transformer en un complément de sa femme, même dans le cas où il pourrait avoir son propre caractère à lui, indiscutable. Le principal signe distinctif de ce genre de maris, c’est l’ornement qu’on sait. Il ne peut pas être cocu, exactement comme le soleil ne peut pas ne pas briller; et non seulement il n’est jamais en état de le savoir, mais, même, il n’est jamais en état de l’apprendre, d’après les lois de sa propre nature.”

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

Create a free website or blog at WordPress.com.

Up ↑

%d bloggers like this: