Our Fragile Human Nature

Human Nature:
Raw. Desperation. Beauty. Fear.

Human nature is … so fragile. It is paper thin, like the wings of a butterfly. But people are so egocentric they only see themselves. And they think they are the only ones in the world who feel this intense fear inside themselves.

Isn’t it our nature to be afraid? If we do not feel fear, how will we strive, how will we become successful, how will we survive?

Maybe our fear is an instinct, like an animal’s smell of prey before even seeing it coming.

“Don’t worry this recording is going to be anonymous. Written. On paper.”

Your voice as clear as crystal, no shaking, and your knee high skirt a stark contrast to your buttoned up blouse. Up to the neck. You sit upright, no blemish on your perfect skin, your eyes hard to read…

“What are you afraid of?”

“-Failure. Isn’t that what is on everybody’s mind? What happens when we fail?
I’m scared of losing my job… and what comes with it. Sometimes I am afraid of people seeing through me, of people realising that I am not pretty… Because… I am not. Pretty. I know it. When I get home, and take my makeup off I see the ugliness of my skin and the tiredness in my eyes.
I just realised how superficial all of this is. What I’m saying…”

“No not at all. You are just being honest. When you were a child, were you scared about failure?”

“As a child…I think when we are young we see the world differently. I probably didn’t even know what failure meant! I was scared of the dark. When it was night I just couldn’t go outside alone.”

Imagine the world around you had no laws, no government, nobody to control you, nobody to judge you, nobody to punish you. What would you do?

Image courtesy: legend.az

Advertisements

2 thoughts on “Our Fragile Human Nature

Add yours

  1. Je viens enfin de prendre du temps pour lire tes deux nouvelles participation sur ton blog. J’ai commencé par « our fragile human nature » et j’ai été tellement touchée que j’ai décidé de réagir à chaud, avant de lire l’autre.

    D’abord, sur le plan humain, c’est un très beau témoignage. Tellement grand pour une jeune fille de ton âge ! Cela m’a fait réfléchir sur mes propres peurs : je ne pense pas craindre de ne pas être à la hauteur de façon générale (peut-être parce que je connais mes limites), sauf quand il s’agit de mes enfants. Et cela m’a donné à penser, quand tu écris : « If we do not feel fear, how will we strive » parce que justement, j’ai toujours mauvaise conscience lorsque je vous montre mes peurs. J’ai toujours l’impression qu’une mère doit protéger ses enfants et donc être forte et donc ne pas montrer ses faiblesses et ses peurs. (même si je sais bien que je suis loin d’y arriver)

    D’un autre côté, je suis également certaine qu’il est important de montrer ses faiblesses à ses enfants, pour qu’ils n’aient pas l’impression d’avoir des parents tout puissants et qu’ils se sentent par comparaison découragés, s’ils n’arrivent pas à atteindre l’image qu’ils (les enfants) se sont faits d’eux (les parents).

    Il s’agit je pense à la fois de partager des situations avec ceux que l’on aime, même si elles sont difficiles, sans toutefois leur en faire porter le poids. Partager des faiblesses est parfois une grande preuve d’amour. Comme accepter un cadeau.

    Sur le plan littéraire, c’est très bien écrit. Peut-être plus comme un début de roman que comme un blog, tout en arrivant sur un texte très court, à dire beaucoup de choses.

    Et bien sur, je n’ai pu m’empêcher en tant que maman, d’analyser le contenu avec attention. J’ai senti tant de douleur dans cet écrit que cela m’a fait mal. Et c’est sans doute ce qui m’aide à supporter ton absence : le fait de me dire que tu as bien choisi, en allant étudier en Europe. Je pense que tu as besoin de plus d’effervescence que tu ne peux en trouver ici. Je crois sentir que dans la phrase « But people are so egocentric they only see themselves » tu te fais des reproches à toi-même. Si c’est le cas, dis-toi que c’est normal à ton âge d’être égoïste face au monde. C’est la façon des jeunes d’exister.

    Ensuite, je me dis que c’est bien que tu mettes un nom sur ta peur : « failure ». Bizarrement, toi qui es si brillante ! Mais peut-être est-ce pour cela que tu as peur. Peut-être t’es-tu mise (et tous les gens qui te connaissent un peu) la barre très haut ? Peut-être relèves- tu même le niveau, à chaque fois que tu atteins le prochain échelon ? Fais attention à ne pas te bruler les ailes. Autant je trouve que certaines personnes (pour ne pas nommer notre Pierre) ne se donnent pas suffisamment de mal pour aboutir à un but qu’ils se sont donné (ou peut-être ne se donnent-ils pas assez de but), autant je pense qu’il est extrêmement important de remettre en question ses propres motivations quand il s’agit d’atteindre un niveau qu’on s’est soi-même fixé. Par exemple, je me rends de plus en plus compte (et je dois dire que c’est en partie grâce à ce que tu m’as dit au sujet des gens qui sont perfectionnistes) qu’une des difficultés que je rencontre à propos de mes études vient du fait que je ne veux pas simplement réussir à mes examens mais avoir une excellente note.

    En tous cas, je pense que tu as raison : chacun a ses propres peurs et le nier ne fait que reculer la détonation, qui risque de n’en être que plus forte.

    Cela me fait bien sur également de la peine que tu te sentes laide, même si je sais d’expérience que cela passera avec le temps. D’abord tu vas être avec quelqu’un qui va te dire chaque jour qu’il te trouve belle et ensuite, tu verras de plus en plus que par rapport à la plupart des gens, tu es au-dessus de la moyenne. Et peut-être qu’un jour, tu te diras comme moi que quelque part, nous devrions avoir honte de nous plaindre de notre physique, alors que nous avons tant reçu. Un peu comme quelqu’un qui se plaint de ne pas pouvoir s’acheter un objet de luxe, dans un monde où il y a encore tellement de gens qui meurent de faim. Mais bon, ca, c’est une pensée qui vient en vieillissant. En tous cas, j’ai décidé hier sur le bateau de plus soigner mes ongles. En fait, comme je vois de moins de moins bien, je ne les regarde plus trop, mais sur le bateau, en plein soleil, je me suis dit qu’ils ne font vraiment pas soignés.

    En plus, papa et moi nous avons passé la soirée du samedi au dimanche en amoureux sur le bateau (Pierre devait travailler) et pour fêter notre anniversaire de mariage, papa m’a offert des petites bouteilles de parfum (comme les tiennes et j’adore ca) et ca m’a donné envie de faire plus attention, non pas à mes habits, j’aime trop me sentir à mon aise, mais plutôt à ma coiffure. Est-ce que tu crois que je devrais me faire refaire des boucles. J’aime tellement ca, mais je ne suis plus si sure que cela m’aille après que Phiphi et Bea se soient tant moqués de moi. Après tous, eux, ils ne prennent pas de pincettes, donc en quelque sorte, je peux plus faire confiance en leur jugement.

    Ah oui, et une dernière chose, avant que tu perdes patience devant ce long email : Pierre a dit que Cara lui avait demandé si nous serions d’accord pour leur louer le bateau (pendant que nous serions dessus), parce que quand elle lui a demandé s’il était tout seul pour rentrer samedi soir, Pierre lui a raconté que nous étions sur notre bateau. Je trouve que cela serait super sympa si on faisait une petite fête ensemble (surtout avec Mattheus). Je ne sais pas s’ils comptent ramener à manger, ni même comment ils comptent s’y prendre, puisque le resto est ouvert tous les jours, mais bon. On verra.

    Bisous ma chérie. A nouveau et bizarrement, je nous sens si proches. Cela m’a manqué

    Maman

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Blog at WordPress.com.

Up ↑

%d bloggers like this: